BACH – 6 suites pour violoncelle seul

Une très grande partition de Jean-Sébastien BACH et LA partition référente des violoncellistes

BACH_6 suites_pour violoncelle solo

Bach_Suites_Manuscrites par Anna Magdanela Bach

https://imslp.org/wiki/6_Cello_Suites,_BWV_1007-1012_(Bach,_Johann_Sebastian)

 

Les six suites suivent un plan de suite de danses avec les quatre danses obligatoires : allemande, courante, sarabande et gigue, toutes dans la même tonalité. Le plan retenu par Bach est classique :

  • un prélude
  • une allemande
  • une courante
  • une sarabande
  • une double « galanterie » : Menuets I et II (Suites n° 1 et 2), Bourrées I et II (Suites n° 3 et 4) et Gavottes I et II (Suites n° 5 et 6).
  • une gigue

Les deux premières suites comportent un menuet, les suites III et IV une bourrée et les deux dernières une gavotte.

  • la complexité technique augmente de suite en suite ;
    • les trois premières suites sont écrites dans des tonalités ne présentant aucune difficulté au violoncelle — sol majeur (les fa dièses sont d’accès aisé à toutes les positions), mineur (si bémol et do dièse) et do majeur (pas d’altérations) ;
    • la quatrième suite est écrite en mi bémol majeur, tonalité plus complexe au violoncelle (en particulier à cause du la bémol)
    • la cinquième suite ajoute une scordatura ;
    • la sixième suite, écrite pour violoncelle à cinq cordes, est la plus virtuose ;
  • la richesse émotionnelle progresse, culminant dans les cinquième (la plus sombre, en do mineur) et sixième suites (d’un style plus libre, souvent proche de la cadenza).

L’allemande est une danse en couple qui apparaît dans les répertoires de bal du XVIe siècle, Thoinot Arbeau la décrit comme une danse lente de cortège à 4 temps, il la décrit comme “une danse pleine de médiocre gravité, familière aux Allemands”

La courante se danse en pas sautillés, en avant ou de côté, parfois en arrière, « selon qu’il plaît au danseur ». (c’est principalement des combinaisons de « pas sauté » (pour un pas du pied gauche, le danseur doit sauter sur le pied droit et aller en avant sur la gauche).

La sarabande est une danse lente et en même temps une danse forte, douce et noble,

Laisser un commentaire